Accueil > Actualités

démolitions massives de Larung Gar

démolitions massives de Larung Gar Dharamsala : Le 15ème Kashag conduit par Lobsang Sangay et Khempo Sonam Thenpel, membres du Gouvernement tibétain en exil, ont donné une conférence de presse conjointe afin d’exhorter le Haut Commissariat aux Droits de l’Homme de l’ONU d’intervenir pour sauver Larung Gar, l’un des plus grands Centres d’Enseignement Bouddhiste au Tibet et d’aborder la question des Droits de l’Homme au Tibet dès l’ouverture de la 34ème session sur les Droits de l’Homme à Genève en Mars de l’année prochaine. Lobsang Sangay et le speaker ont présenté un film de 7 mn intitulé "En solidarité avec Larung Gar ", ce film montre les énormes démolitions entreprises à Larung Gar et l’éviction des moines et des nonnes de l’Institution. Avec ce film, l’Administration Centrale Tibétaine exprime sa solidarité avec les résidents de Larung Gar et espère attirer l’attention internationale sur cette situation désastreuse et avant tout autre chose, que l’ONU intervienne afin de sauver Larung Gar. Au vu des démolitions massives de Larung Gar, le Sykiong et le Speaker en appellent, au nom de l’Administration Centrale Tibétaine, à la Commission des Droits de l’Homme de l’ONU en vue d’une intervention urgente de leur part. En Juillet 2016, la démolition de Larung Gar par les autorités chinoises avait commencé comme faisant partie d’un plan aux multiples ramifications, dont le but était de réduire de 50% cet Institut et d’en évincer au moins la moitié de ses 10.000 résidents. Un ordre du Gouvernement local aux leaders de Larung Gar les mettait en demeure que soit réduit à 5.000 le nombre des moines et nonnes en Septembre 2017. D’après le dernier rapport, ce sont 4.600 résidents qui ont été expulsés et 1.500 cellules détruites. Affligées par la destruction infligée à leur Monastère, 3 nonnes du Centre, Rigsin Dolma, Tsering Dolma et Senghe se sont donné la mort après avoir laissé derrière elles des écrits faisant référence aux démolitions ainsi qu’au harcèlement du Gouvernement. Des vidéos reçues, en dépit de la rupture de toutes communications, ont déclenché une vague de profonde détresse dans les communautés tibétaines du monde entier. La vision de nonnes éplorées assistant à l’expulsion de leurs compagnes jetées dans des autobus et renvoyées sur leurs lieux de naissance, ces mêmes évacuées forcées de se soumettre à un exercice d’éducation patriotique. Les vidéos montrant des nonnes habillées d’uniforme militaire et chantant "Les Chinois et les Tibétains sont les enfants d’une même mère "et sur une autre vidéo, des nonnes tibétaines supposées être de celles qui ont été expulsées de Larung Gar chantant des chansons pop lors d’une mise en scène ce qui est non seulement une violation de leurs voeux monastiques mais la pire forme d’humiliation pour une nonne. Lobsang Sangay et Khenpo Sonam Thenpel ont diffusé un documentaire de 7 mn sur Larung Gar le 5 Décembre 2016. Bien que cette année signe le 40ème anniversaire de la fin de la révolution culturelle chinoise, la Chine applique toujours la même politique répressive au Tibet. "Ce qui se passe à Larung Gar au Tibet nous rappelle le souvenir amer de la révolution culturelle lors de laquelle, les trois Grands Monastères tibétains de Sera, Drepung et Gaden furent réduits à l’état de ruines et que de plusieurs milliers, leurs résidents passèrent à 200, chiffre encore d’actualité. La destruction infligée à Larung Gar nous prouve que d’autres grands Monastères au Tibet pourraient subir le même sort tragique, nous craignons que la révolution culturelle reprenne au Tibet a souligné Lobsang Sangay. L’article du New York Times au sujet de Larung Gar fait référence à cette démolition comme à un coup de scie donné au centre du bouddhisme tibétain. "Larung Gar est un Centre Bouddhiste éminemment respecté et un haut lieu signifiant d’une extrême importance en terme d’héritage de la langue tibétaine, de sa culture et de sa religion et doit être comme tel, considéré comme un trésor et protégé. Le non respect des libertés fondamentales par la Chine est démontré par la destruction infligée à Larung Gar, centre d’enseignement religieux et d’éducation réduit a néant a dit Khenpo Sonam Thenpel. Les deux leaders politiques en appellent au gouvernement chinois afin qu’il fasse cesser ces démolitions et accorde le droit de pratique religieuse aux Tibétains du Tibet. "Alors que nous applaudissons au rapport du Secrétaire Général de l’ONU, Antonio Guterres, fait à Pékin, l’ONU doit faire en sorte que la combinaison des Droits civils, économiques de l’Homme soient respectés dans un monde où ils sont si souvent bafoués " Nous l’exhortons donc à mettre le Tibet au centre de ses préoccupations et ce dès son investiture en Janvier de l’année prochaine ont-ils conclus. Les 2 sujets abordés lors de cette conférence de presse font état de la nécessité d’exhorter le Haut Commissaire aux Droits de l’Homme de l’ONU, le Prince Zeid, de décider d’une action immédiate au sujet de Larung Gar et d’insister pour en permettre une visite. De demander à ce que le Haut Commissariat aux Droits de l’Homme de l’ONU mette en lumière la situation critique des Droits de l’Homme au Tibet et ce, dès le début de la 34ème session à Genève en Mars de l’année prochaine. L’Administration Centrale Tibétaine en appelle également aux Tibétains et à tous leurs défenseurs de signer la pétition "Stand with Larung Gar now "initiée par "Sauvegarde du Bouddhisme "et qui compte actuellement 1.47.000 signatures. Cette pétition sera remise au Conseil des Droits de l’Homme à l’ONU le jour de la célébration de ces Droits. L’Administration Centrale Tibétaine observera un jour de solidarité avec Larung Gar le 10 Décembre à Tsuglagkhang à Dharamsala. Secretary Bureau du Tibet

Par Tsultrim



Chagpori France
Le Mas de Tashiding - Chemin pied de Gouin - 83170 Tourves